Boris et Bachir

Dans un nouvel article censé relancer son débat avec Souleymane Bachir Diagne, Boubacar Boris Diop dit que son premier texte « s’est voulu courtois » et s’étonne de la colère de son interlocuteur. Boris devrait se relire ou demander à de vrais amis de le faire pour lui. La chute de son premier article est injurieuse.  Disons les choses telles qu’elles sont : Boris Diop y traite Bachir Diagne de « Bounty », « Uncle Tom », « Agboliagbo », etc. ! Certes, ces mots ne sont pas écrits, mais la référence à Aimée Césaire, au Discours sur le colonialisme et « les élites décérébrées », l’aube de la conquête coloniale et « les complicités africaines », l’allusion à la racine « du mal africain » suffisent à énerver le plus placide des Africains ! Ce texte n’était pas une interpellation amicale ou cordiale et il est étonnant que Boris Diop demande à Bachir Diagne de distinguer « la critique de l’affront ». Que Boris Diop assume les affects que suscitent en lui les idées et la personne ( ?) de Bachir Diagne ! L’histoire des idées et de la vie intellectuelle est aussi celle des fortes inimitées !

Auteur : Félix Atchadé

Je suis médecin, spécialiste de Santé Publique et d’Éthique Médicale. Je travaille sur les questions d’équité et de justice sociale dans les systèmes de santé. Militant politique, je participe à l'oeuvre de refondation de la gauche sénégalaise.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s