Sénégal : mémorandum sur l’élection présidentielle de 2019

Résumé

Au Sénégal l’élection présidentielle s’est déroulée le 24 février 2019. Le président Macky Sall, en place depuis 2012 a vu son bail à la tête de l’État renouvelé pour un quinquennat. Il a remporté le scrutin dès le premier tour avec 58,27% des suffrages exprimés devant Idrissa Seck (20,50%) Ousmane Sonko (15,67%), Issa Sall (4,07%) et Madické Niang (1,48%). Ces résultats ont été contestés par ses adversaires qui les ont rejetés « fermement » mais n’ont pas, pour autant, introduit de recours devant le Conseil constitutionnel.

Fait notable de ce scrutin, pour la première fois dans l’histoire politique du Sénégal contemporain l’élection présidentielle s’est déroulée sans un candidat de la gauche. De même, alors qu’elles étaient trois à faire acte de candidature, aucune femme n’a pu se présenter. Des cinq candidats en liste, trois sont des libéraux issus du giron du Parti démocratique sénégalais (PDS) de Maître Abdoulaye Wade qui a dirigé le pays de 2000 à 2012.  Cette entorse à la tradition pluraliste de l’offre politique est à imputer à la loi sur le parrainage et aux déboires judiciaires de certaines figures de la politique sénégalaise.

Si le scrutin s’est déroulé sans incident notable et à vu une mobilisation importante de l’électorat avec un taux de participation de 66,23%, cela n’a pas été le cas de la campagne électorale qui a connu des évènements tragiques avec mort d’hommes à Tambacounda dans le centre-est du pays.

Le Sénégal sort de cette longue période électorale avec une démocratie mise à mal et marquée par une forte défiance d’une partie des acteurs politiques et de l’opinion publique vis-à-vis des institutions notamment de la justice. La confiance en la possibilité d’une compétition électorale ouverte et non biaisée a été grandement entamée. Il semble que le président réélu en ait pris la mesure puis qu’il a lancé un appel à un dialogue politique « ouvert et constructif » tout en invitant les anciens présidents Abdou Diouf et Abdoulaye Wade à y participer.

Suite sur :

Sénégal : mémorandum sur l’élection présidentielle de 2019